Témoignages

Ci-dessous vous trouverez quelques-uns des nombreux témoignages que nous recevons.

Comme l’illustrent ces quelques cas, le racisme anti-Blancs peut se traduire de différentes manières et la démarche de témoigner n’est pas simple. Nous vous encourageons à nous faire part de votre expérience personnelle.

« J’ai 29 ans, je me suis fait agressé 7 fois. Oui les coïncidences existent. Mais là… 7 fois quand même ! C’est vraiment pas de chance. 

Si le racisme anti-Blancs n’existe pas, je n’ai plus aucune considération à avoir pour tout autre type de discrimination. Occulter une discrimination (…) ne pourra que créer que de la frustration et de la haine. 

Mes premières agressions se sont déroulées en fin de primaire, j’étais un « sale blanc », « t’es pas chez toi ici » et cela justifiait le racket ou les quelques claques que je recevais de mes agresseurs. 

Pendant ma période collège, même topo, le titre de « sale babtou » s’y ajoutant.(…)

Quand j’en parle on m’explique que cela n’existe pas, que je me fais des idées.(…)

En vous souhaitant beaucoup de courage pour votre association. Je vous remercie pour le combat hors politique et hors religion que vous menez. Tenez bon ! » 

Hadrien* - 29 ans

« J’ai subi toute sorte d’agressions en partie explicitement raciste depuis mon entrée au collège et jusqu’à jusqu’à ce que je m’exile à Bordeaux*. Depuis mon départ, j’ai un symptôme de stress post-traumatique et la mémoire traumatique me revient. Je suis détruit et désinséré après avoir arrêté l’école à 15 ans. A chaque fois que j’entends le déni et la négation de ce racisme cela ravive mes blessures. Encore plus quand il est exprimé publiquement parfois par des grands médias. » 

Julien* - 25 ans

« Je tenais à vous remercier pour le combat que vous menez contre toute forme de discrimination, au contraire d'autres associations.

Vivant dans une banlieue sensible , et ayant travaillé en milieu scolaire, j'ai vu le racisme sous toutes ses formes. J'ai eu la malchance d'en être victime en tant que Blanc, et ma voix est restée sans écoute jusqu'à votre arrivée. 

Encore merci pour les combats que vous menez. »

Alexandre* - 32 ans

 « J’ai envoyé un chèque de soutien à votre association. Je suis en invalidité suite à une agression raciste. Je vivote avec une petite retraite et AAH (Allocation Adulte Handicapées). J’attends un logement social depuis 34 ans… »

Gustave* - 71 ans

« Le locataire en dessous de chez moi me laisse des lettres de menaces de morts racistes depuis plus d’un an. En Janvier, après avoir vandalisé mon palier, il a planté un couteau dans la porte avec une menace de mort. Trois plaintes ont été déposées (…) et aucune action de la police à ce jour malgré ce danger permanent. 

Voilà, s’il nous arrive quoi que ce soit, vous pourrez témoigner. Je précise que je ne fais partie d’aucun mouvement politique, de quel bord ou extrême que ce soit. J’aimerais juste vivre normalement. Ce qui n’est pas possible lorsque votre voisin est aussi haineux, violent et raciste. »

Julia* - 45 ans

« Je me suis fait agressée et traitée de « sale blanche » à la caisse d’un supermarché à Lyon*. Tous les employés ont entendu des insultes et des injures concernant ma couleur de peau, mon origine slave et ma personne. Personne n’est intervenu. 

Souffrant de pathologie cérébrale, je n’ai pu réagir autrement que subir des insultes et humiliations. 

Plus tard mon époux a essayé de se rapprocher du personnel du supermarché mais aucun témoignage n’est envisageable… 

Je vis un cauchemar de honte et m’indigne de cette société lâche et profondément raciste. »

Laurence* - 39 ans

*Les noms des victimes et les lieux ont été changés

© 2018 by OLRA.      Mention Légales