Le terme « Blanche » parmi les injures sexistes les plus utilisées contre les femmes de moins de 30 ans

 

 

D'après une étude publiée ce mercredi par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, les injures sexistes connaissent une hausse significative en particulier sur le lieu de travail. Elles sont très majoritairement subies par les femmes, qui représentent 9 victimes sur 10.

 

En 2016, une personne sur 10 déclare avoir été injuriée, et 3 personnes sur 100 ont été visées par des injures considérées comme sexistes. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce mercredi par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

 

Depuis 2010, d'après ce document consulté par BFMTV.com, les injures sexistes connaissent une augmentation significative et presque continue, alors que le nombre d'injures global est stable sur la même période et avoisine les 5 millions en 2016. Pour expliquer cette hausse, l'ONDRP met en avant deux interprétations possibles: le nombre de comportements injurieux et sexistes a effectivement augmenté, ou alors les victimes interprètent comme injures sexistes des comportements qui étaient auparavant banalisés, non déclarés comme tels. 

 

Les femmes jeunes surreprésentées

Parmi les personnes victimes de ce type d'injures en particulier, les femmes sont surexposées: elles représentent 9 victimes sur 10, alors que si l'on prend en compte les injures en général, elles ne représentent que la moitié des victimes. Et cette proposition varie fortement en fonction de l'âge. La moitié des victimes d'injures sexistes ont ainsi moins de 35 ans.

 

BFM

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2018 by OLRA.      Mention Légales