Noyautage des universités par les Indigénistes

Maxime Cervulle

Intervenu notamment le 29 juin 2018 pour la journée d'études "La condition blanche. Réflexion sur une majorité française."

Il est possible de résumer les positions publiques de Maxime Cervulle sous quelques traits généraux. Ses recherches lui portent à croire que le racisme des blancs envers les autres populations est systémique, la position universaliste est hypocrite puisqu'elle ne peut exister. Ce faisant, il milite en faveur de l'émergence d'une politique publique de discrimination positive fondé à partir de la couleur de peau comme critère de distinction. De même que, pour le Maître de conférences de l'Université Paris 8, le racisme anti-blanc n'existe pas, car seuls les blancs sont les vrais oppresseurs vivant dans l'inégalité avant tout de leur suprématie raciale. Ainsi, il n'hésite pas à soutenir de nombreux mouvements comme les Indigènes de la République, le NMXR ou le NRJKIR P8 qui organisent majoritairement des actions en faveur de la non mixité sexuelle et raciale, et ce même contre le positionnement public de la faculté dans laquelle il exerce son métier. Maxime Cervulle se distingue également par ses interventions twitter en "portant la cause" de personnalités controversées comme Rokkhaya Diallo ou Marwan Mohamad. Enfin, ses écrits sur le concept de "blanchité" montre son opposition frontale à toute idée de République, à toute possibilité de l'émergence d'un discours commun. Puisque le blanc est fondamentalement oppresseur, piur ne pas dire "naturellement" oppresseur, comment peut-il émerger une position universaliste ? Partant, de fait, de tels présupposés, on ne peut que se demander comment Maxime Cervulle ose juger les populations "racisées" comme des personnes dominées. N'est-ce pas là une forme de "néo-colonialisme" ? Jugez en par vous même.

Soutien de Rokahya Diallo et de Marwan Muhammad
Relais complotistes

Tous les blancs sont aveugles, racistes et hypocrites

Soutiens aux mouvements indigiénistes
Maxime Cervulle BPI.png
Tribune Maxime Cervulle.png
Clémence Léobal
Clémence Léobal
Doctorante à l'Université Paris Descartes et rattachée à l'EHESS
Doctorante à l'Université Paris Descartes et rattachée à l'EHESS

Intervenue notamment le 29 juin 2018 pour la journée d'études "La condition blanche. Réflexion sur une majorité française."

Intervenue notamment le 29 juin 2018 pour la journée d'études "La condition blanche. Réflexion sur une majorité française."

Clémence Léobal est plus discrète que Maxime Cervulle s'agissant de l'affichage public de ses opinions. Elle à toutefois relayée une tribune de soutien à Tariq Ramadan.

Clémence Léobal est plus discrète que Maxime Cervulle s'agissant de l'affichage public de ses opinions. Elle à toutefois relayée une tribune de soutien à Tariq Ramadan.

Audrey Célestine
Maître de Conférences à l'Université de lille

Intervenue notamment le 29 juin 2018 pour la journée d'études "La condition blanche. Réflexion sur une majorité française."

Audrey Célestine est de la même trempe que Maxime Cervulle s'agissant de l'affichage public de ses opinions. Partisane de l'indigiénisme à la critique de la République et de l'Universalisme, elle évolue dans une doctrine identitaire "noire" ne reconnaissant aucune légitimité à  l'existence de toute forme de racisme contre les "blancs" et relaye des positions en faveur d'un "nouveau radicalisme noir".

Le racisme contre les blancs n'existe pas
Partisane de l'anticolonialisme
La critique du CNN et le soutien à Rokhaya Diallo comme cas typique du racisme d'Etat
Complotisme, racisme structurel et universalisme républicain
La haine du "blanc" et de sa "suprématie"
Soutien de Marwan Mohammad
Partisane d'un "nouveau radicalisme noir"

© 2018 by OLRA.      Mention Légales